Skip to content

du logiciel Open Source vers le développement durable de SI

2 janvier 2007


du logiciel Open Source vers le développement durable de système d’information
Originally uploaded by patrick.ostertag.

Personne ne s’intéressait vraiment à ce nouveau mode de coopération.

On a d’abord cru réduire les budgets liés à l’informatique grâce aux logiciels Open Source.

Mais… certain se sont rapidement aperçu que l’on atteignait pas l’effet recherché. Certaines grandes villes ont même vu disparaître de nombreux millions d’euro sans réaliser d’économies.

Pourquoi donc le logiciel Open Source est-il intéressant ? On connaissait la réponse mais on ne connaissait pas vraiment la question comme disait l’autre.

On explique maintenant que l’on ne va pas économiser quoi que ce soit… mais que l’on va investir.

Les gouvernements vont voir émerger un éco-système régional et ainsi créer, dans un 1er temps, un marché intérieur et, pourquoi pas, exporter des services et des produits pour acquérir des richesses.

Je pense que le réel débat doit être placé dans le contexte de développement durable de système d’information.

Ces technologies, présentes à chaque instant , dans notre vie quotidienne sont actuellement créées dans le seul but d’augmenter le capital de sociétés multi-national alors qu’elle devrait l’être pour améliorer notre quotidien et nous permettre d’aller plus loin, plus rapidement et plus agréablement.

Utilisons l’esprit Open Source mais pour développer une indépendance vis-à-vis des éditeurs de logiciels. Améliorons notre bien-être grâce aux technologies. Mais adoptons une réflexion à long terme en observant les responsabilités de chacun.

Cette présentation est un support permettant d’animer les idées décrites dans ce billet.

Publicités
7 commentaires leave one →
  1. Philippe Devaud permalink
    2 janvier 2007 8:19

    Vraiment pas d’économie avec les logiciels open-source ?
    Je pense que ceci dépend fortement de ce que « l’on met en place » et « où » Par exemple dans les milieux scolaires. Si pour les écoles primaire, secondaire 1 et secondaire 2 ont mettaient en place une utilisation systématique de logiciel open-source sur des systèmes d’exploitation propriétaires, (Open office, the gimp, …) en lieu et place de l’achat de licences de Microsoft office et de adobe photoshop. L’économie seraient réelles … Par contre la mise en place de Linux seraient très coûteuse …

  2. iPat permalink
    2 janvier 2007 10:11

    Salut Philippe,

    Merci pour ton message.

    C’est vrais qu’il y a un grand nombre de logiciel Open Source ou gratuits qui peuvent être utilisés par la plupart des personnes qui sont assis derrière leur ordinateur ou qui sont dotés d’un téléphone. Tous les logiciels que j’utilise sont gratuit http://del.icio.us/patrick.ostertag/Software et j’encourage chacun à en faire de même.

    Je pense qu’au-delà des préoccupations budgétaires, il y a une menace bien plus grande : la dépendance vis-à-vis de sociétés qui chaque jour pénètre un peu plus dans notre quotidien… J’aborderai prochainement le sujet « Instinct de survie et productivité nous met en prison » 😉

    Le développement de logiciel sous une forme communautaire est certainement une voie à suivre afin de préserver notre liberté.

    Cela dit… Tu es le 1er lecteur de mon blog… Je remercie le fan de Matrix ainsi que l’utilisateur de logiciel libre.

  3. iPat permalink
    3 janvier 2007 11:16

    C’est intéressant de lire ce qui se dit à ce propos autour de nous… le document n’est pas tout récent mais rendez-vous en 2007 – 2008 pour suivre les débats.lien sur document PDF http://admin.fr.ch/fr/data/pdf/gc/2002_06/questions/question_2005_876_f.pdf

  4. Nicolas permalink
    3 janvier 2007 2:47

    Salut Patrick,

    Merci pour cet éclairage. La réponse du Conseil d’État est intéressante, même si je pense qu’elle est orientée (en faveur des logiciels propriétaires): un grand nombre d’aspects du libre y sont passés sous le tapis.

    Le coût total des logiciels propriétaires dans les écoles n’est pas mentionné, et pour cause…

    En outre, la comparaison est clairement tendancieuse, par exemple au point 2.3.1 : en admettant que l’on adopte globalement OpenOffice, les mêmes arguments pourraient être retournés contre Microsoft Office !

    Pour ce qui est d’Exchange, même a priori : pour être utile, la réflexion devrait aller plus loin, vers un remplacement complet, car il existe des alternatives tout à fait crédibles : pourquoi ne regarder que les fonctions entreprise de OpenOffice ? Idem pour l’annuaire d’entreprise.

    Il est en revanche clair qu’une telle migration a un coût, notamment en terme de formation, et qu’elle présuppose une prise de risque considérable de la part des responsables de l’informatique : il est plus facile de rester avec la situation présente, puisque « Nul ne s’est jamais fait mettre à la porte pour avoir choisi Microsoft ! »

    Voir également cet article cet article.

  5. iPat permalink
    3 janvier 2007 9:20

    Décidemment quand je parlais de pénétration dans notre quotidien, je n’avais pas encore lu cet article.

    C’est vrai que l’aspect budgétaire est important mais c’est une goutte d’eau dans l’océan. Le vrai problème est réellement ailleurs.

    Lorsque je parle de développement durable de système d’information, je dis que c’est l’humanité qui doit précéder l’industrie et la soumettre à ses volontés et non le contraire… Ce qui est en train d’arriver. Cf. page 7 et 9 de ma présentation.

  6. iPat permalink
    9 janvier 2007 9:59

    Voici un texte qui m’a été signalé et qui montre que l’Open Source n’est pas qu’une préoccupation d’informaticien.

    « En effet, les logiciels libres, bien avant d’être gratuits, présentent l’avantage d’une maîtrise du rythme de l’évolution technologique et conduisent tout naturellement à l’élaboration de formats et de protocoles d’échange standards. »

    Extrait de « Logiciels libres et développement durable« , 2005

    François Marthaler,
    Conseiller d’Etat, canton de Vaud
    Chef du Département des infrastructures

  7. Greg permalink
    11 février 2008 10:10

    Bonjour, quant à moi, je suis impatient de voir comment va évoluer ce monde OSS à la CSI (Conférence suisse dur l’informatique). Les premiers partages d’applications en GPL de la CSI se dessinent à l’horizon, une plateforme de collaboration va bientôt voir le jour, etc. Le monde de l’administration publique est bel et bien à 95%MS, y aura-t-il suffisamment de besoins en collaboration ouverte pour percer en GPL? Y a-t-il suffisamment d’argent pour agir en solitaire ou pour publier les faux prestiges? Evolution à suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Poetic mind of the web... Observe technology and Lifestyle.

    I love Love. I love Art.

    Look at this little place that helps you find a way made of computational things.
    Discover my digital side…
    What I Think, Read, Ear, View, Shoot.
    Catch your mouse,
    Touch your screen,
    Be in my Web and try to feel.

  • Follow me

  • Articles récents

  • RSS instapaper à lire

  • .
  • Coup d'oeil

  • Nuage de tags

  • Commentaires récents

    Max sur Newsstand 2.0 – My favorite RS…
    nick sur One week of digital fun with…
    Manage the videos of… sur Manage the videos of the iPhon…
    What do you mean abo… sur What do you mean about spontan…
    thinklikeipat sur Promenade de juin
  • Articles les plus consultés

  • Meilleurs clics

    • Aucun
  • RSS Flux inconnu

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.